Impacts, risques et opportunités

Face aux différents risques auxquels elle est exposée et aux opportunités que son métier de banque et son territoire lui présentent, la BMCI veille à l’identification et la compréhension des enjeux majeurs de son écosystème et des impacts de ses activités. La BMCI s’engage à financer ses clients dans le cadre de principes de finance responsable, dans une approche maîtrisée des risques ESG.

Critères ESG

Intégrer des critères RSE dans nos activités de financement

En tant qu’établissement bancaire finançant des industries présentant de multiples enjeux Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (« ESG »), la BMCI est confrontée à des enjeux éthiques très variés, qui requièrent une vigilance accrue dans les décisions de financement et d’investissement.
Une gestion appropriée des risques ESG est primordiale pour la BMCI car elle contribue à la maîtrise du risque financier que représentent les financements et investissements de la Banque. Le dispositif de gestion des risques ESG s’inscrit dans la démarche globale de gestion des risques, autour de l’élaboration de politiques de financement et d’investissement encadrant les activités de la BMCI dans les secteurs présentant de forts enjeux ESG ; ainsi que la mise en place d’un dispositif spécifique d’évaluation des risques ESG de ses produits et services.

Critères ESG

La responsabilité économique de la BMCI implique d’intégrer des critères responsables dans l’ensemble de ses activités. Ce principe a tout naturellement été adopté en priorité pour les activités de financement et d’investissement, à travers la mise en place de politiques sectorielles qui fixent des règles d’intervention dans certains secteurs sensibles. Ces politiques intègrent des critères environnementaux et sociaux pour les décisions de financement et d’investissement dans des secteurs présentant de forts enjeux : déforestation, gestion de l’eau, émission de CO2, gestion des déchets, etc.
Les risques sociaux sont également pris en compte afin de lutter contre le travail des enfants et le non-respect des droits de l’homme. Depuis 2018, de nouveaux engagements ont été pris par le Groupe BNP Paribas dans les secteurs suivants :
  • Hydrocarbures non conventionnels : arrêt de financement de projets dédiés au gaz et pétrole de schiste
  • Tabac: arrêt de toute activité de financement et d’investissement des entreprises du tabac (Le Groupe BNP Paribas est un des membres fondateurs du Tobacco-Free Finance Pledge, lancé en septembre 2018. Cette initiative regroupe les institutions financières ayant adopté des politiques visant à ne plus financer ni assurer le secteur du tabac).
  • Charbon : arrêt de financement de tout nouveau projet de centrale électrique à base de charbon qui ne répond pas à certains critères, et toute nouvelle mine de charbon. En Mai 2020, BNP Paribas annonce une sortie complète du secteur du charbon à horizon 2030 pour les pays de l’UE et de l’OCDE, et à horizon 2040 pour le reste du monde, et n’acceptera plus aucun nouveau client dont la part de production d’électricité à base de charbon est supérieure à 25%. La BMCI s’engage donc à sortir du secteur du Charbon d’ici 2040.
  • Secteur minier: arrêt de toute activité de financement et d’investissement des projets dédiés à l’extraction, stockage et/ou transport de charbon thermique, aux entreprises de négoce de charbon, aux entreprises minières développant de nouvelles mines de charbon et/ou sans stratégie de sortie du charbon thermique.
  • Agriculture : renforcement des engagements du Groupe envers la biodiversité.
Par ailleurs, la BMCI ne s’engagera pas dans un financement, investissement, ou une opération concernant:
  • La production ou le commerce d’armes controversées au sens de la politique du Groupe BNP Paribas concernant le secteur de la Défense;
  • La production, le commerce ou l’utilisation de filets dérivants de plus de 2,5 kilomètres de long;
  • La production de fibres d’amiante;
  • La production ou le commerce de produits contenant du PCB (polychlorobiphényles);
  • Le commerce de toute espèce ou produit animal ou végétal régulé par la convention CITES (Convention on International Trade in Engangered Species of Wild Fauna or Flora) et qui ne serait pas autorisé par un permis CITES.

Risques de la BMCI

Enjeux
Politiques
Risques
Indicateurs
Confidentialité des données
Code de conduite
Risques de conformité réglementaire
Taux de collaborateurs ayant effectué les formations conformité
Lutte contre la corruption et la fraude
Code de Conduite
Risques de conformité
Taux de collaborateurs ayant effectué les formations ABC (Anti-bribery and corruption)
Confidentialité des données
Code de Conduite
Risques IT, d‘exécution des processus métier, de gestion des données
Taux de collaborateurs ayant effectué la formation sur protection des données personnelles
Intérêts des clients et publicité responsable
Politique de protection des intérêts des clients
Risques de conformité
Taux de collaborateurs ayant effectué la formation PIC
Éthique, valeurs et intégrité
Code de Conduite
Risques de conformité
Taux de collaborateurs ayant effectué la formation Conduct Journey
Satisfaction des clients
Politique de protection des intérêts des clients
Risques de gestion de la relation client
NPS
Sécurités des systèmes informatiques
Politique de sécurité des systèmes d’information
Risques IT, de gestion des données
Taux de collaborateurs ayant effectué la formation sur la cybersécurité
Gouvernance exemplaire
Rapport intégré
Risques d’exécution des processus métier
Nombre de membres indépendants dans le Conseil de Surveillance
Contribution fiscale locale
Code de conduite fiscale
Risques de redressement fiscal
Taux de collaborateurs ayant effectué la formation Conduct Journey
Égalité professionnelle homme/femme
Charte Diversité Maroc
Risques RH
Taux de femmes au sein de l’effectif
Finance responsable
Charte RSE
Risques environnementaux et sociaux
Montant des financements à impact positif

Impacts, risques et opportunités

Gestion des risques

La BMCI considère la maîtrise des risques auxquels elle est exposée comme un corollaire indispensable afin d’assurer la pérennité de ses activités et le développement continu de sa rentabilité. La BMCI est confronté à une multitude de risques induits par la diversité de ses activités aussi bien au niveau de la banque qu’au niveau de l’ensemble des filiales. Ainsi, conformément à la réglementation de Bank Al-Maghrib et en s’inspirant des meilleures pratiques internationales (notamment celles de l’actionnaire de référence BNP Paribas), le dispositif de contrôle interne mis en place par la BMCI répond à la réglementation en vigueur, mais permet aussi de se doter d’un dispositif adéquat en termes de suivi et de maîtrise des risques.
Ce dispositif a plus généralement pour objectif la maîtrise optimale des risques auxquels est exposé la BMCI. Il doit ainsi être compris comme un outil majeur de pilotage pour l’ensemble des acteurs et un instrument indispensable pour assurer la pérennité du Groupe. Chaque évolution concernant le dispositif de contrôle interne est validée par le Directoire et par le Conseil de Surveillance.
Dans le cadre de ce dispositif, la Banque est organisée en unités responsables de leur système de contrôle interne. Les responsables définissent, en coordination avec les autres entités de la BMCI, leur dispositif de contrôle interne et veillent à son fonctionnement. Ils ont, chacun à son niveau, le devoir d’un contrôle complet et efficace des activités qui sont placées sous leur responsabilité. La pratique de délégation est l’un des principes sur lesquels repose le système de contrôle interne.
Elle constitue le système de fonctionnement et de décision fondamental de la Banque, en instituant des relais chargés de mettre en œuvre la politique de la Direction Générale. Ces relais doivent s’assurer de l’application stricte de leurs décisions, en contrôlant leurs délégations.
Le dispositif de contrôle interne de la BMCI couvre les familles de risques suivantes :
  • le risque de crédit et de contrepartie;
  • les risques de marché;
  • le risque de taux et de liquidité;
  • les risques opérationnels;
  • les risques ESG.

Conformité

Par ailleurs, une fonction «Conformité » a été mise en œuvre dans le cadre du pilier 2 de la réglementation Bâle II.
Il s’agit d’une structure indépendante directement rattachée au Directoire, chargée du suivi du risque de non-conformité, lequel est défini comme étant le risque d’exposition à un risque de réputation, de perte financière ou de sanction en raison de l’inobservation des dispositions légales et réglementaires ou des normes et pratiques en vigueur.

Application de la réglementation BÂLE II

Le nouveau dispositif Bâle II est entré en vigueur au Maroc en Janvier 2007 pour les approches standards de calcul des exigences en fonds propres au titre des risques de crédit, de marché et opérationnels.
Dès la publication de ces textes par le régulateur, la banque a engagé un large chantier induisant la mobilisation significative des équipes et ce afin d’être conforme à la réglementation Bâle II sur les méthodes standards.